• Retrouvez-moi Dimanche 20 septembre à Kervoyal

                                  

     

    J'ai participé à l'enregistrement de l'émission " Un auteur, une voix" animé par Michel Priziac

    sur les ondes de Bretagne 5, date de diffusion et podcast à venir.

     

     

     

     

                                                 

     

     

     

     

    ON PARLE DE ROUGE AMER...

    Quoi de mieux pour s'évader que la lecture, encore faut-il en avoir les moyens. Pour que chacun puisse le temps d'un livre oublier son quotidien, j'ai eu envie de partager mon premier roman avec vous. En suivant le lien que vous trouverez en bas de page, vous pourrez ainsi lire gratuitement "le Panier de Crabes", la première enquête de mon détective Simon Segré, un livre paru en 2012 et réédité en 2018.

    Bonne lecture à toutes et tous.      

    https://documentcloud.adobe.com/link/track?uri=urn%3Aaaid%3Ascds%3AUS%3A0500f82b-2e5f-47f6-aad7-80c950d8b2d0

     

     

     

    En ces temps de confinement, gardons ce lien indéfectible avec le monde de la culture mis à mal comme tant d’autres par le COVID 19. Lisez ou relisez, mais surtout prenez soin de vous. À bientôt sur les salons et autres dédicaces.

     

     

     

     

     

    LA PRESSE EN PARLE...

     

     

     

     

    Souvenir du du Salon de Saint-Aubin d'Aubigné

    Lecture entre les notes avec les élèves de l’école de musique.

     

    CONTACT06 52 16 71 54

    CONTACT

    06 52 16 71 54

    christian.drillaud@sfr.fr

    https://www.facebook.com/roman.christian.drillaud

    06 52 16 71 54

    -------------

     

     ROUGE AMER
     

    -Juillet 1989 : une jeune femme disparaît en mer lors d’un bain de minuit sur une plage du Morbihan.

      

    Juillet 2019 : son corps est découvert sous deux mètres de terre par des ouvriers travaillant sur un chantier. 

      

    Face à cette énigme où tout semble lui échapper, le détective va perdre pied et voir ses certitudes ébranlées. Dans cette enquête où chacun délivre sa vérité, Simon Segré  va devoir affronter les fantômes du passé jusqu’à sentir couler le sang de l’amertume dans ses veines. 

     

     

     

     

    Découvrez la critique d'Olivier Blochet sur son blog littéraire http://olivier-blochet.over-blog.com

    EXTRAIT :

    Dans ce roman sombre, noir comme l'âme de certains protagonistes auxquels Simon Segré va devoir s'opposer,  Christian Drillaud  mêle avec pudeur des thèmes et des sentiments qui sont souvent le reflet de notre société. L'auteur a compris que pour captiver le lecteur, le chemin le plus court reste la ligne droite. Une réussite !

     

    Vous connaissez ou fréquentez des bibliothèques ou médiathèques susceptibles de m'accueillir pour un échange convivial avec leurs lecteurs et une présentation de mes ouvrages, n'hésitez pas en m'en faire part.
     

     

    AVIS DES LECTEURS...AVIS DES LECTEURS... 

     

    l' Empreinte de l'oubli"

     

     

      

    Benoit Morisset

    10 avril, 20:10

     

     

    Bravo Christian, J'ai fini la lecture de "l’empreinte de l'oubli". Super . Félicitations. J'ai passé un très bon moment. 

     

     

     

     

     

    Marie-Josée

    Oserais-je écrire que je viens de lire ton meilleur roman ? C'est en tout cas celui qui m'a le plus touchée. Enfin ! Simon Segré se dévoile ! 

    L'histoire m'a totalement captivée ! Je crois que jamais tu n'avais donné autant de corps et d'âme à tes personnages. Cette douleur de la perte d'un enfant, même si je ne l'ai pas vécue, je suis capable de la ressentir. La manière dont tu décris l'emprise de cette Eglise Eucharistique de la Résurrection fait froid dans le dos !

     

     


     

     

     

     

     

         

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    younthom
    Lundi 21 Avril 2014 à 12:04

    Merci pour cette écriture souple et limpide qui incite à la lecture en continu pour détricoter rapidement un écheveau intrigant assez complexe, mais coloré de vraisemblance dans une société bien typée.

    J'ai toutefois noté, outre quelques coquilles (orthographe ou typographie), la confusion ordinaire entre "hospice " et "auspice" (p.13/l.26); par ailleurs en page 172, que la fête de "Saint-Victor" devient fête de "Saint-Antoine" et que les clefs de la ville seraient lancées aux habitants de la ville depuis le balcon de la mairie, et non remises au président du comité des fêtes selon une tradition évoquée auparavant.

    Pardon pour ces remarques négatives; merci encore pour le voyage...

    Younthom

    2
    Mercredi 30 Avril 2014 à 23:54

    J'ai terminé également ce polar. Autant que le premier j'ai aimé cette écriture qui coule en effet et que Youthom décrit très bien. Enfin un polar où on ne se prend pas la tête. Tout s'enchaîne et j'admire la logique de l'auteur qui parvient à tout imbriquer, tout se joue et se rejoue, tout se coupe se recoupe. J'avoue qu'il me faut parfois revenir sur ce que j'ai lu parce que la logique et moi ça fait deux, en plus, j'avoue que ma mémoire me joue des tours, or, le livre de Christian fut pendant quelques soirs mon livre de chevet. Il m'arrivait donc de m'endormir ... entre deux morts, et le lendemain soir, je devais faire quelque marche arrière pour bien vérifier qui était mort, et s'il était bien mort. Mais Simon Segré serait de mon avis, faire marche arrière pour s'assurer n'est pas vaine précaution.

    Quant aux coquilles younthom, c'est chose presque banale au pays d'Oléron ... glasses le travail de l'auteur n'en n'est pas moins méritant.

    3
    Lundi 6 Juillet 2015 à 08:00
    Cet article est d'une grande qualité, je voulais vous remercier pour vos efforts.
    4
    Lundi 25 Novembre 2019 à 16:57

    J'espère que tu m'en mets un de coté... pour la prochaine occasion où nous nous croiserons.

    J’espère que tout va bien mon ami, moi, je remonte mon mauvais temps à contre courant, en panne d'écriture. En panne d'attente... la vie d'écrivain tout simplement, sertie de doutes.

    A bientôt, je le souhaite.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :